Une longue histoire

1985

C’est en 1985 qu’a eu lieu le premier festival du cinéma rural organisé par la mairie de La Biolle et l’AMCCS (association pour la maison de la culture de Chambéry et de la Savoie : ancêtre de l’Espace Malraux). Avec au programme un concours de courts métrages amateurs sur le thème de la ruralité et des longs métrages grand public.

Pendant 20 ans, grâce à sa parfaite connaissance du cinéma, Jacques Laurent († 2009), animateur cinéma à l’AMCCS, a pu proposer de nombreux films et inviter des acteurs et réalisateurs pour rencontrer les festivaliers.

Le directeur de Cinébus, Cinéma itinérant des Pays de Savoie, Eric Raguet, est rapidement venu épauler l’équipe du festival.

1993

En 1993, une association a été créée pour organiser le festival et les autres projections cinématographiques à La Biolle.

Aujourd’hui une vingtaine de bénévoles gèrent entièrement le festival : la programmation issue de visionnements partagés, la recherche d’intervenants pour accompagner les films, la communication, la logistique…

C’est Cinébus qui assure les projections ainsi que les contacts avec les distributeurs pour les films qui relèvent du champ commercial.

1996

À partir de 1996, le festival s’est déroulé dans l’Ebène, la nouvelle et grande salle des fêtes de La Biolle qui peut accueillir 500 spectateurs.

2010

Au fil du temps, le festival s’est étoffé, passant de 2 à 6 jours, et accueille de plus en plus de spectateurs.

La barre des 3000 spectateurs a été passée en 2010.

2017 et 2019 ont été des années record, avec plus de 4500 spectateurs.

Depuis 1996, le festival accueille gratuitement des écoliers du canton. Il invite maintenant plus de 1500 écoliers et collégiens pour les 4 séances scolaires organisées à leur intention.

C’est en 2010 que le festival a reçu une nouvelle appellation : Festival de La Biolle Cinéma et ruralité.

2015

Lors du festival 2015, un Prix du Public a été instauré.

En 2016, un Prix du Jury a vu le jour lors de l’édition du festival de la même année.

2020

2020 Année d’achèvement du chantier de renouvellement de la communication visuelle du festival (affiche, brochure-programme puis site Internet).

De belles rencontres

Depuis 1985, plus de trois cents films ont été projetés, souvent en présence de leurs réalisateurs parmi lesquels : Maurice Failevic, Jean-Pierre Améris, Robert Enrico, Claude Goretta, François Dupeyron, Eric Guirado, Jean-Henri Meunier, Ariane Doublet… sans oublier des cinéastes locaux tels que Pierre Beccu, Gilles Perret, Jean-Pierre Duret, Mathilde Syre, la famille Lapied…

Le festival a été aussi l’occasion de rencontrer des professionnels du cinéma : des acteurs (Annie Cordy, Serge Reggiani, Bernard Haller…), des producteurs, des distributeurs, des techniciens, des journalistes, des enseignants…

Une large place est aussi donnée à des acteurs du monde rural et à des spécialistes de la ruralité.
Les projections ont ainsi suscité des débats animés qui restent dans les mémoires : sur la réintroduction des loups dans les montagnes, sur le brevetage du vivant, sur la façon dont les productions agricoles nourrissent nos estomacs, sur les services publics qui disparaissent dans les campagnes…

Ariane Doublet
Ariane Doublet venue au festival en 2000, 2012 et 2019
Jean-Pierre Duret
Jean-Pierre Duret venu au festival en 1987 et en 2002
Mathilde Syre
Mathilde Syre venue au festival en 2009, 2012, 2017 et 2018
J-M Bertrand
Jean-Michel Bertrand venu au festival en 2010 et 2017

Des moments forts

Des projections mémorables devant une salle archicomble

En 2000, à l’occasion de la soirée organisée en lien avec la Cinémathèque des Pays de Savoie autour de l’œuvre de Pierre Granger († 1986), un Biollan qui avait réalisé de nombreux films de mémoire rurale dans l’Albanais et des fictions burlesques.

Ou plus récemment, en 2017, avec la projection de « La bergère des glaces » en présence de sa co-réalisatrice Christiane Mordelet.

Public La bergère
Séance « La bergère des glaces » avec Christiane Mordelet devant une salle bondée
Ciné-concert Finis terrae
Ciné-concert « Finis terrae » avec Pierre Badaroux et autres musiciens en 2009.

Des ciné-concerts

En 2009, « Finis terrae », le film muet de Jean Epstein a été accompagné en direct par la musique du compositeur Pierre Badaroux.

En 2014, « Kilifichu », une fiction de Pierre Granger a été accompagnée par les professeurs de musique de l’Atelier des Arts de l’Albanais.

Marie-Hélène Lafon
Débat avec l'écrivaine Marie-Hélène Lafon

Une journée consacrée à l’œuvre de Marie-Hélène Lafon en 2017

Avec des allers-retours entre cinéma, littérature et théâtre : lecture de ses textes par la romancière, mise en scène théâtrale d’une de ses nouvelles et projection de l’adaptation cinématographique d’un de ses romans.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies.
Ceux-ci sont nécessaires pour une bonne navigation sur le site.

Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer